Soins et prothèses dentaires, Implantologie, Parodontologie, Dentisterie Cosmétique, Laser, Panoramique numérique, Caméra intra orale.

290 route de marseille - 83150 Bandol - Tél. : 04 94 29 62 73


NOTRE APPROCHE EST PREVENTIVE ET GLOBALE (HOLISTIQUE) PAR, questions - réflexions - suggestions
Nous prenons en considération toutes les dimensions de la santé de votre bouche, afin de guider votre démarche vers l'obtention d'une dentition en excellente santé pour les années à venir. Nos façons de procéder assurent un travail minutieux qui prend en considération tous les aspects de votre santé.


Mission
Notre mission est de vous offrir des conseils honnêtes et complets. Nos connaissances en médecine dentaire traditionnelle et en santé globale nous permettent d'avoir une vue d'ensemble complète et de mettre à votre disposition des outils plus nombreux relevant de technologies avancées, incluant une grande variété de matériaux biocompatibles c'est-à-dire compatibles avec la biologie humaine.


LE TRAITEMENT GLOBAL EN DENTISTERIE
Les patients préfèrent-ils un traitement sporadique (ponctuel) ou un traitement global?

Que propose un chirurgien-dentiste dans son cabinet : des soins ou de la santé ?

Demain est-il fait de soins curatifs, ou de soins préventifs ?

De nos jours , en France la première mission d’une profession de santé est de soigner des malades , la seconde est de maintenir en bonne santé.

A quand l’inversion de ces priorités !!!??

Combien de patients connaissent-ils ces deux objectifs ? Combien de chirurgiens-dentistes organisent-ils leur exercice autour de ces deux ambitions ?

Or il existe une dentisterie qui englobe ces deux missions.

Après que le chirurgien-dentiste ait estimé la situation initiale globale du patient à l’aide d’un questionnaire et d’un bilan très complet, la dentisterie dite ‘’globale’’ vise à l’installation en bouche de conditions favorables aux soins aboutissant à une guérison des problèmes buccaux dentaires.

Cette dentisterie, qui devrait en théorie être systématiquement pratiquée, s’adresse particulièrement aux + de 50 ans ayant connu de nombreux problèmes de bouche, traités de manière sporadique et non globale , la raison incombant autant à l’exigence du patient qu’au concept professionnel du praticien.

Cette dentisterie prophylactique repose sur quatre phases d’un traitement global :

1) La phase diagnostic : Hormis les cas d’urgence, les patients qui prennent rendez-vous au cabinet dentaire pour un motif localisé sont infiniment plus nombreux que ceux qui viennent pour l’estimation complète de leur santé buccale.

Dans l’approche Classique, le diagnostic ne concerne que le terrain et repose sur une vision instantanée , arrêtée, isolée, des dents du patient.

L’approche globale (holistique) propose de construire une santé bucco-dentaire durable grâce à un bilan global reposant sur l’analyse du terrain et sur l’analyse des risques. Le diagnostic repose sur une vision dynamique, prédictive, globale du patient et de son environnement. Cette approche révèle le décalage entre l’origine des causes pathogènes et l’apparition des signes tels que caries, maladies parodontales, kystes, etc… La possibilité d’estimer le risque carieux et le risque parodontal est désormais assurée ; L’apparition d’affections bucco-dentaires est disparate dans la population française. 10 à 15 % des français présentent un risque élevé, 90% un risque modéré et 5 à 10% un risque faible. L’inventaire diagnostic complet est individuel et comprend : le questionnaire médical, l’examen clinique, l’examen radiographique, le contrôle du tartre, les plâtres d’étude, les photographies, les tests biologique, microbien et salivaire, le bilan alimentaire, etc… Très souvent, la gageure devient pour le thérapeute d’expliquer au patient que le motif de sa consultation n’est que la partie émergée de l’iceberg. En fait, il appartient à chacun de décider soit de faire éteindre des ‘’incendies buccaux’’ à répétition soit de faire construire par son chirurgien-dentiste, une santé buccale sur le long terme.

2) La phase prophylactique :

- La première partie de cette phase prophylactique est la présentation des résultats obtenus au cours de la phase diagnostic . Il s’agit d’exposer la situation complète en évoquant tous les problèmes sans exception.

C’est le moment des explications. Qu’est-ce qu’une carie ? Pourquoi l’os se ‘’déchausse-t-il’’ ? Pourquoi l’articulation mandibulaire fait-elle souffrir ?...

Puis vient le temps de présentation d’un projet thérapeutique, c’est le temps d’évoquer les solutions, simplement mais complètement.

Le conditionnement intellectuel est tel malheureusement que pour l’immense majorité de nos compatriotes, l’exercice dentaire de divise en deux parties, les soins et la prothèse.

Cette dichotomie génère une multitude de traitements incomplets : des dents dont les canaux sont traités mais sans couronnes, des bouches dans lesquelles des dents sont extraites mais non remplacées, des détartrages mais des maladies parodontales non traitées !

C’est le quotidien des dentistes, qui dépriment à l’idée de convaincre très difficilement qu’une faible part de la population qu’elle peut espérer pour sa bouche une longue vie tranquille !

Il est déplorable de constater que le paupérisme d’une grande partie de la population n’est pas la cause essentielle de son mauvais état buccal. Même des gens aisés délaissent leur santé bucco-dentaire et se contentent de traitements ponctuels et expéditifs.

La Conception de notre système de santé induit une demande de soins et non de Santé.

A terme quel est le bénéfice de cet exercice sporadique ? Combien de soins sont à reprendre ? Combien de traitements sont aujourd’hui plus lourds qu’hier, et moins que demain ?!

- La deuxième partie de cette phase vise l’établissement des conditions individuelles compatibles avec la santé et les soins à réaliser. L’objectif est de déterminer ou au moins de réduire les risques en favorisant les facteurs protecteurs et en combattant les facteurs nuisibles. Les moyens pour y parvenir sont variés : enseignement de l’hygiène, nettoyage prophylactique, conseils alimentaires, élimination des bactéries, prescriptions…Toutes ces procédures ne sont pas utiles pour chacun. Le traitement est individualisé.

3) La phase restauratrice :

Cette phase vise la restauration à long terme des atteintes buccales et le remplacement des travaux inadaptés. C’est ici que l’expertise de la profession dentaire trouve sa plus grande expression grâce à des compétences variées.

L’exercice de la dentisterie a la particularité d’être une succession d’actes dont la réussite individuelle conditionne globalement le résultat.

A l’heure ou l’essentiel des travaux de dentisterie consiste en une reprise des traitements, on comprend l’intérêt d’assurer une dentisterie de qualité basée sur l’économie des tissus, la durabilité, la protection des dents résiduelles, le choix des matériaux, l’étanchéité des restaurations, des protocoles de travail précis et reproductibles.

L’évolution continuelle des données scientifiques conduit à une mise à jour des connaissances d’abord du praticien, puis du patient.

Une tâche essentielle consiste à informer les patients du processus carieux et infectieux, et de la valeur des manœuvres contemporaines de dentisterie prophylactique.

Le but de la dentisterie de ce siècle est réellement d’empêcher la mise en place de restaurations et quand une restauration est nécessaire, l’objectif devient la préservation des tissus grâce à des actes d’invasion minimum et la pérennité dans le temps de cette restauration.

4 ) La phase de maintenance : C’est probablement la phase du plus gros challenge.

L’objectif est de transformer la demande curative du patient en une demande préventive : ‘’la mission de mon chirurgien-dentiste est d’empêcher l’apparition des caries et des déchaussements, plus que de reboucher des cavités provoquées par les caries et de stabiliser le déchaussement’’.

L’aboutissement logique d’une prise en charge globale de la santé bucco dentaire du patient est aussi son maintien en santé.

Cette santé est précaire et ne saurait être assurée tout au long de la vie sans une participation permanente du chirurgien-dentiste. Le statut du patient tant sur le plan du terrain que du risque peut évoluer en augmentant ou en diminuant sous l’influence de son état général, d’un événement émotionnel, de son efficacité personnelle à maintenir une bonne hygiène de sa bouche, à assurer ses rendez-vous…à trouver un cabinet dentaire qui assure la continuité en cas de déménagement… Il est clair que si les trois premières phases représentent pour le patient des rendez-vous sur quelques semaines à quelques mois, la quatrième phase l’engage pour la vie. Les patients inscrits dans un programme de maintenance apprécient le maintien de leur santé. Ils se révèlent, à la faveur de la perte du statut de patients malades, de véritables patients tournés vers autre chose que le soulagement. Pour conclure, la profession de chirurgien-dentiste transite progressivement d’un système de soins orienté vers la maladie à un système de soins orienté vers la santé. La dentisterie prophylactique (approche globale) ne s’adresse pas seulement aux 10 à 15% des patients à haut risque ou aux patients à faible risque, elle concerne 100% de la population.

Par ailleurs et pour le moment, elle concerne
0% des Pouvoirs Publics,
0% de la Sécurité Sociale
1% des Assurances Complémentaires.


Le Cabinet

Dr Richard BERREBY

Dr Richard BERREBY
Docteur en chirurgie dentaire
De la faculté de médecine de Marseille.
DU D'implantologie

Contact par mail

Vidéos pédagogiques

Vos traitements expliqués en images 3D

Toutes les vidéos

une Santé dentaireglobale
Le site du cabinet dentaire a été réalisé par Web Agency Sanary